Origine de la naturopathie

Le mot « naturopathie » signifie la voie de la nature ou comment conserver, retrouver la santé en respectant le chemin que nous indique la nature.

Le terme en soi, a vu le jour aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle. Ce nom sera repris par Benedict Lust (1872-1945), médecin, ostéopathe et chiropraticien allemand, qui fondera officiellement en 1902, la première école de naturopathie à New York. A l’époque, on y enseigne l’hydrothérapie, l’hypnose, l’herboristerie, la nutrition, la physiologie, la psychologie ainsi que d’autres méthodes thérapeutiques.

En Europe, jusqu’en 1920 la médecine populaire sera surtout basée sur le travail des guérisseurs traditionnels. En France, Pierre-Valentin Marchesseau (1920-1994), biologiste, professeur d’éducation physique et diplômé en philosophie, sera le premier à créer une école de naturopathie. Sa pédagogie sera tournée vers le principe d’hygiène vitale et sur les méthodes préventives pour conserver la santé grâce à des techniques naturelles.

De son côté, la médecine conventionnelle, axée sur le diagnostic local et la thérapeutique symptomatique, suit alors la voie « scientifique » en se dirigeant vers le développement de la chirurgie et de l’industrie pharmaceutique. Son approche sera la seule enseignée dans les facultés de médecine des grandes universités occidentales et les médecins formés seront les seuls à recevoir l’autorisation de poser des diagnostics et à traiter les maladies.

Hippocrate

Bien que le terme « naturopathie » soit assez récent, la philosophie qui consiste à « guérir en suivant les lois de la nature » est très ancienne. Elle fait référence à Hippocrate (vers 460 – vers 370 avant J.-C.), médecin grec, à l’origine de l’une des plus anciennes écoles de médecine connue et de la « théorie des humeurs » qui est l’étude de l’importance de la qualité de nos liquides corporels, dont les déséquilibres entraînent la maladie.

Les principes de la médecine d’Hippocrate est basée sur :

Le causalisme : recherche de la cause du dérèglement organique provoquant le symptôme

Le vitalisme : action de stimuler l’énergie vitale du corps pour lui permettre de se rééquilibrer spontanément et de s’autoguérir

L’humorisme : science des humeurs dont la santé de tous les Asclorganes du corps relève

L’hygiénisme : culte de l’hygiène de vie favorable pour créer des conditions d’autoguérison de l’organisme

Ainsi, l’on peut considérer que la naturopathie est un mouvement de réforme de la santé, qui prône le retour aux sources de la pensée hippocratique, dont les trois règles fondamentales sont :

  • le respect de l’Homme dans sa globalité, physique, psychique et spirituelle
  • le maintien de l’énergie vitale en accord avec les lois de la nature
  • le maintien de la qualité des « humeurs » et des liquides corporels

Cette conception « naturopathique » de la santé se retrouvent dans de nombreuses philosophies médicales sur tous les continents (chamanisme, ayurvéda, médecine traditionnelle chinoise, etc.).

Malgré l'intérêt indiscutable des progrès scientifiques dans le domaine médical, une partie grandissante de la population souhaite un retour à la nature et à la simplicité. Les gens s’interrogent, cherchent à comprendre et n'hésitent plus à remettre en question certains principes qui leur paraissent dénués de bon sens.

De plus en plus de personnes trouvent dans la naturopathie des réponses à leurs préoccupations de santé.

Fuse
Collège Valaisan de
Médecine Alternative
CVMA Sàrl
Avenue de la Gare 58
1920 Martigny

t: +41 27 558 72 72
e: info@cvma.ch


© Collège Valaisan de Médecine Alternative CVMA Sàrl - Réalisation web Affinities Network SA